11 juillet 2006

Consumérisme et formattage

Consumérisme et formattage

A mesure que les technologies de l'information et de la communication évoluent au fil de l'apparition de nouvelles fonctionnalités (RSS, Web 2, TagClouds...), le bruit ne cesse de croître autour de ce qui est présenté comme autant de révolutions devant bouleverser à jamais le microcosme élitiste des développeurs, et par là même impacter l'internaute du bout du monde.

Qu'est-ce à dire ?
Syndiquée, traitée, analysée, dupliquée, tronquée ou non, l'information est relayée sans fin, à l'image d'une mise en abyme.
Est-elle pour autant informative ? Que peut-on extraire de vraiment informatif de ces monceaux de news déversés sur des centaines de blogs, de forums, de newsgroups, de sites ? Jamais le monde du web n'a autant parlé de lui, jamais les techniciens n'ont autant discuté, contre-dit, livré bataille contre d'autres, au nom de leur croyance absolue en ces technologies.

Il sufit pour s'en convaincre de se remémorer l'épisode HTML contre XHTML, et la croisade des jusqu'au-boutistes de la validation des pages web du W3C : des centaines de messages postés après l'article original, et des centaines de relais PARLANT DE cette guerre intestine, eux même générant réactions et autres reprises d'informations etc

Comme dirait Shakespear : "Much ado about nothing..." (beaucoup de bruit pour rien)

Car finalement, la richesse du web, c'est bien de proposer des chemins différents pour arriver au même résultat.

L'idéal étant de ne pas céder aux sirènes du marketing qui tentent de nous persuader que leurs outils sont indispensables...